Inscrivez vous et recevez régulièrement un email vous indiquant où nous sommes

E-mail:

Inscription Désinscription

Vietnam

C’était dur, très dur, mais il fallait bien le faire…

Après 110 km de poussière, klaxonnes, enfin bref une belle route Vietnamienne, nous arrivons au port de Haiphong. Nous cherchons aussitôt un bateau pouvant accepter les vélos et pas trop cher pour atterrir sur l’ile de Cat Ba. Dure négociation, nous nous en tirons pour 450000 d. Arriver sur le bateau nous observons les locaux payer leur place, 50000 d, c’est bon d’être touriste au Vietnam. Après 3 heures de trajet nous débarquons tout les 4 sain et sauf. Nous partons direct en direction de l’organisme qui propose des tours escalade, la aussi il est bon d’être touriste au Vietnam. Une fois renseignés, comme a notre habitude nous recherchons notre logement et la, a notre grande surprise les prix restent très raisonnable, même pour une chambre avec balcon et vue sur la mer ( au 5eme étage sans ascenseur). On pose les affaires et direct, direction la Plaggggeeeeee. Pfff, trop nul,  une plage quasiment rien qu’a nous, sable blanc, eau turquoise, petits ilots aux alentour et pas un nuage. Ça va être dur, très dur…
1er soir, petit resto flottant. Au menu, calamar frais, ppffff, mmmmmmmmmmm, mmmmmmm. Trop boooon, trop duuuur…
Le lendemain départ 9h, nous laissons les enfants a l’hotel et embarquons dans un magnifique kayak des années 80, pour une virée en amoureux et découvrir la sœur jumelle de la baie d’Halong, Lan Ha baie. Nous voila parti pour 8h de pagaies dans des paysages paradisiaques. Nous croisons très peu de touriste. Nous traversons des villages flottants de pécheurs et nous nous arrêtons sur des plages désertes. Pffff trop dur… Petit pique nique sur un des ilots, plage au sable blanc mais d’un blanc… tellement blanc. Pfff trop dur. Nous découvrons les roches et site d’escalade que nous pratiquerons quelques jours plus tard. Nous rentrons après cette journée harassante, mais tellement harassante tout doucement vers l’hotel. Trop duuuur.
3eme jour. Bah si on farnientait aujourd’hui, bon, ok, d’accord, pfff, trop dur…. Lecture, sieste, lecture, sieste, oh il fait chaud, baignade, sieste, baignade, lecture…. Pfff trop dur… Fin de journée, et zut, plus de soleil, et si on faisait un peu d’acrobatie sur la plage.
4eme jour, au programme, visiter l’intérieur de l’ile avec les petits, on va pas les laisser rouiller quand même. On embarque le pique nique, d’après quelque infos prises la veille nous devions mettre la journée, c’est a croire que ces 3560 km nous ont bien entrainé, nous ne mettrons que 2h30. bah si on allait sur la plage, bon, ok, d’accord. Sieste, baignade, lecture, baignade, sieste, baignade…. Pffff, trop dur…
5eme jour, nous embarquons avec Slopony, l’agence proposant l’escalade, sur un bateau accompagné d’une petite troupe pour pratique du deep water soling, traduction, grimper sur des falaises, sans corde, avec pour seul matelas, la mer. Trop bon. Nous découvrons avec un grand plaisir cette nouvelle forme d’escalade. Mike y laissera une joue ainsi qu’une oreille après un placage due a une chute en grimpant (message a sa maman :  » ne vous inquietez pas il est toujours entier »). Céline, elle, y laissera genou et plusieurs griffures, la roche se trouvant être très abrasive. Magnifique journée, bonne sensation mais nous restons tout de même sur notre fin, nous aurions aimé grimper plus et donc renouveler cette expérience mais il se trouve que l’agence abuse largement sur les prix. Dommage…
6eme jour et si on refarnientait aujourd’hui, bon, ok, d’accord, pfff, trop dur…. ( cf : 3eme jour)
7eme jour, lever 4h du matin pour ré-embarquer a 5h tout les 4 sur le bateau jusque Haiphong. Et la nous attendons, dans un parc, notre bus qui ne part qu’a 20h direction le centre du Vietnam. Notre sortie du pays étant prévue pour le 13. Ne souhaitant pas réitérer l’expérience des routes Vietnamienne, nous décidons de prendre l’option bus (au moins de l’intérieur, les klaxonnes et poussières seront moins présents).
Pour résumer, c’était dur, trop dur, mais fallait bien le faire ;)

8 jours sur Hanoi

Nous quittons aujourd’hui Hanoi pour l’ile de Cat Ba non loin de la Baie d’Halong.
Nous sommes restes sur Hanoi 8 jours. Le lundi de notre arrivée direction Project Abraod, l’association qui nous organisera notre planning durant toute la semaine pour jouer notre numéro. Le stress monte un peu, vue le nombre de temps que nous ne lavons pas présenter. Nous arrivons a garder notre mardi pour répéter un dernière fois sur le toit de notre hôtel pour être au top.
Première destination, un centre pour handicape et veterant de guerre qui se trouve dans la banlieue d’Hanoi. Nous sommes reçu par le directeur dans une grande salle de réunion, ce fut très officiel avec sa traductrice. Il nous explique le fonctionnement du site et l’histoire de ses occupants. Ici rééducation, thérapie, acuponcture, éducation aux métiers traditionnels…
Nous partons aussitôt découvrir et installer les lieux. Une grande salle, haut de plafond, miroir au mur. Tout y est. Échauffement, le cœur palpite, les personnes s’installent, le cœur palpite encore plus. La musique démarre et la, on en profite, on vie, on rigole et pas que nous. Génial de retrouver ces sensations.
Deuxième jour, aujourd’hui deux représentations sont prévues.
La première dans la matinée, se trouve dans un orphelinat situe dans un ancien temple la  » Bo de Pagoda », magnifique, nous sommes bluffer. Nous sommes présenter a une française Delphine qui s’occupe de ce centre et partons a la découverte du lieu ou nous allons jouer, cette fois ci ca sera sur les toits de l’orphelinat avec la vue sur le temple. On arrive a installer un tissu pour se changer et un autre au fond pour accessoiriser. Nous jouerons devant une 15 ene d’orphelins, dont certain ont aussi des handicapes. Nous reprenons de plus en plus confiance en nous grâce aux  rires et sourires des enfants. Quel bonheur. A la fin de notre représentation, nous sommes inviter a partager un repas béni  en compagnie de tout les locaux, et oui, nous sommes le jour de la célébration de la nouvelle lune. Tres jolie moment, agréable et dépaysant. nous déposerons une offrande par la suite Mr Bouddha.
Le temps pour une petite sieste et op, c’est reparti. Ici un petit centre pour handicape au niveau de l’élocution dans les quartier d’Hanoi. Nous jouerons dans le hall d’entre. Il va falloir nous adapter, le plafond est très bas et les enfants nombreux pour ce petit lieu. Nous partons au 1er étage pour nous échauffer et nous changer. Mike fort comme yeti me descendra sur son épaule les quelques marches dans un escalier exiguë. Nous prenons place, Mike improvise pour déplacer quelque enfants installes un peu trop proche des matelas et des ce moment la, les fou rires éclatent. Ils sont très réceptifs et communicateurs. Géant.
Dernier jour, destination au petit matin dans un centre accueillant des enfants handicapes et autistes  « Orange children ». La directrice du centre, petite dame de 71 ans, nous reçois dans son bureau, nous offre du thé et nous explique en quelque mots la vie du centre. Ensuite, destination le lieu de la représentation. Cette fois ci nous avons le privilège de jouer notre numéro devant 60 enfants dans un lieu de prière bouddhiste. Quelque chose d’exceptionnel. A la fin de notre show, la directrice nous remercie grandement et nous offres de petites poupées traditionnelles faites mains. Une cerise sur le gâteau de rire et d’applaudissements. La directrice nous invitera a partager un déjeuner en sa compagnie dans un jolie petit restaurant typique.
Nous rentrons a l’hôtel exténués mais avec le sourire aux lèvres après ces quelques jours de bonheur. Vivement les prochaines.
Sinon, pendant ces quelques jours, nous avons découvert Hanoi a pied et a vélo. Tres grande aventure dans ces rues (queue de poissons, klaxonne, des milliers de scooters a chaque feu, des heurts avec certain, des bus qui nous serrent contre les trottoirs ou les voitures… des noms d’oiseaux volent). Nous nous rendons compte que les rétroviseurs, clignotants et freins ne sont que deco. Nous  profitons aussi de faire quelque restaurants français, espagnol, japonnais, belge… En parlant de belge, nous recroisons sur Hanoi un couple de cycliste belge Tine et Wim que nous avions croise au Laos et avec qui nous partagerons chicon gratin, carbonnade flamande, escalope au reblochon  et bien sur accompagne de bonne bière belge. Nous irons aussi faire un petit coucou a Olivier, propriétaire du bar le Fat Cat; ami de Leteu, Florine et Rico, les potes du Nord.
Nous y découvrons les parcs, apercevons le palais présidentiel et faisons du shopping. Petit tour dans un magasin de trek pour l’achat de poches de pluie et de bombonne de Gaz. Réparation et entretien des vélos et nous voila prêt pour nous remettre en route. Au programme, plage, portes acrobatiques, escalade et farniente.

Sur les routes du Vietnam

Nous avons franchi sans mal la frontière de Nam Phao cote Laos et Cau Treo cote Vietnam. Nos derniers jours au Laos ont été rapide, en effet il nous a fallu franchir la frontière assez rapidement en vue de la date de nos visas se terminant le 13 octobre. 4 jours pour parcourir 350 km en sachant que les derniers se trouvent dans la montagne. Arrivés sur Viang Khan nous décidons de prendre un bus pour traverser la petite chaine de montagne jusqu’à Lak Sao, nous laissant le temps de parcourir les derniers 40km a vélo pour franchir la frontière. Drole d’atmosphère ces derniers kilomètres. Nous croisons plusieurs petits postes de douane et une course poursuite entre 3 douaniers armés de mitraillettes et un jeune homme Laos ou Vientamien, (bizarrement nous ne sommes pas venu lui demander). Une course au ralenti dans les rizières commence, le terrain n’a pas l’air très propice a une rapidité de mouvement et une chute a l’arrière d’un douanier, un a droite, un a gauche et l’individu se fait encercler puis interpeler. Nous, tout penaud, continuons notre route. On sent l’influence du trafic a chaque village, on ne s’y arrêtera pas. Mike achète ses derniers beignets banane au poste frontière avant de se faire tamponner les visas de sortis. Arrivés de l’autre cote, grosse pluie, nous décidons donc de faire une pose café ce qui nous donne l’occasion de tâter pour la 1er fois le terrain Vietnamien. Nouveau langage, nouvelle monnaie.

Le poste se trouvant en hauteur de montagne nous dévalons la route dans de très jolie paysages. Ils se transforment rapidement en plaine. De plus grosses villes et beaucoup plus de monde sur les routes. Les 3 premiers jours sont très difficiles, les intempéries ont décidé de ne souhaiter la bienvenue, les route sont inondées, cabossées, boueuses, vent de face, nous sommes trempés jusqu’au os malgres nos vêtements de pluie et chaussures Gortex. La circulation est intense, nous retrouvons les klaxonnes, le bruit, la pollution. Un air de déjà vue. Cette fois ci le but pour avancer sera de rejoindre la mer.
Nous passons par Vinh. Petite ville de 350 000 habitants… Nous y restons une nuit puis partons rapidement rejoindre  Cua Lo qui se trouve seulement a 16km de la. C’est une petite ville balnéaire située le long de la mer. A la vue de la grande quantité d’hotel que nous y trouvons, la population en pleine saison doit quintupler. Par contre, en basse saison, nous avons l’impression de nous trouver dans une ville morte. L’hotel qui nous accueil est totalement vide. Nous serons leur seul client pour les 2 jours passe ici. Nous retrouvons le sourire a la vue de la mer. Notre objectif est atteint, mais pas sans mal. Les quelques km jusque la furent plus qu’humide mais cela en valait bien la peine. Les deux jours passés sur Cua Lo nous ont permis de nous reposer et aussi de nous entrainer au porté acrobatique sur la plage. Nous prenons beaucoup de plaisir a refaire des mouvements que nous n’avions pas pratiqué depuis la Mongolie. Bien sur, au bout de quelques minutes  a faire nos singeries, nous attirons la curiosité. Des jeunes vietnamiens viennent a notre rencontre et nous observent. Nous échangeons quelques mots avec eux mais devons nous remettre au travail. En effet, des notre arrivé sur Hanoi, nous devons jouer notre numéro dans des centres pour enfants handicapés. Vivement.

La proximité de la mer nous permet aussi de profiter de ses fruits. Poissons, calamars, crevettes agrémentent les traditionnels noodles ou riz. Succulent! Une chose nouvelle apparait aussi sur les menus. Du chien. Et oui, nous avions croisé sur la route quelques jours auparavant, des camions transportant des chiens dans des conditions plus qu’intolérable, ainsi que leurs cris qui retentissent dans les arrières cours et d’autres qui sont embroches. Et pour finir terminent dans les plats traditionnelles Vietnamiens. Ça nous a donne le bourdon mais nous le savions d’avance.
Après ces 2 jours, nous reprenons la route. Direction Haithan. Un village portuaire. La population s’active a récupérer, nettoyer et faire sécher la récolte des marins. Ambiance de pécheurs. L’accueil y est très étrange, voir même gênant. Nous nous faisons toucher, Mike se fait tirer les poils et des femmes touchent la poitrine de Celine. Nous ne nous y sentons pas très a l’aise, et ni par certain, les bienvenues. L’idée de base était d’y rester plusieurs jours mais bizarrement, nous repartons rapidement pour notre prochaine étapes, Sam Son. Ici, hotel, plage, restaurants, pécheurs et ambiance beaucoup plus zen et agréable. Nous échangeons très facilement avec la population malgré la barrière de la langue. Mike retouche un BMX, fait son show en plein milieu de la rue et Celine découvre la Vodka Hanoi (Mike aussi bien sur). Entraînement sur la plage, de portes acrobatique, petite anecdotes d’ailleurs, alors que nous nous installions, trois jeunes, d’age bête allons nous dire, commencent a nous titiller, nous crient des mots surement pas très catholique, puis nous, certes une petite sieste nous aurait bien plus, mais nous nous attelons aussi tôt a nos acrobatie. Il etait assez amusant après de les voir se rapprocher, nous imitant, puis la battle. Ils nous montrent leurs accros et nous les notres, au final, ils passeront toute l’après-midi avec nous.
Nous quittons un jour plus tard cette ville direction de Nimh Binh. La route fut très désagréable. Ici c’est chacun pour soi. En face des bus, a toute allures, dépassent d’autre véhicules se trouvant sur l’autre file, face a nous et ne bougerons pas d’un centimètre, même a notre vue. Nous devrons nous écarter afin de les éviter. Les klaxonnes hurlent, la poussière nous éblouit, les pots d’échappement nous étouffent, la bande d’arrêt d’urgence n’existe pas ou est utilisee pour faire sécher le riz. C’est vraiment horrible. On se déguise donc en gangsters de la route et nous nous armons de nos foulards, lunettes, casquettes et boules quies. Nous avançons très vite pour que la fin soit la plus rapide possible, enferme dans notre bulle. Pas le temps ni l’envie pour les photos ou pour laisser un regard sur les paysages. Seule la prochaine destination nous motive a avancer.
Nous arrivons enfin sur Nimh Binh, connu selon le Lonely planet pour sa tranquillité vis a vis d’Hanoi. Euh oui ou pas. Assez grande ville ou les scooters sont très (trop) nombreux. Beaucoup de bruit. Nous trouvons dans une rue un peu plus calme un petite hotel ou nous resterons deux nuits, de quoi nous laisser le temps de visiter dans les environs la baie d’Ha Long terrestre, Tam Coc. Un très belle endroit.
En arrivant sur la berge on découvre le lieu, très touristique. Les clients font la queue pour embarquer dans de petites barques, cela nous refroidi aussi sec. Nous décidons donc de prendre nos vélos pour la visiter par nous même. Le site ne sera pas accessible.  Arrive au bout d’un petit chemin, Celine se fait accueillir par une horde de chien, le propriétaire arrive aussitôt. Nous apercevons au bord de sa maison placer près de la rivière une petite barque et nous lui demandons s’il est possible qu’il nous fasse découvrir le site. Nous embarquons 2 min après avec son fils. Une magnifique  balade s’offre a nous, avec des passages entre roche et rivières. Attention aux têtes, a certains endroits nous devons même nous courber. Nous y rencontrons des pécheurs, des vendeurs ambulants sur leur barque et un éleveur de canard qui nous offre un très beau spectacle lorsque qu’une centaine de volatiles se ruent vers lui a son arrive. Nous rencontrerons aussi après cette balade beaucoup d’artisans et marchands parlant français.
Nous reprenons le lendemain la route pour Hanoi en mode gangsters. Il nous reste 90km. Départ 8h30 arrive 14h30… Exténues.

juste avant la course poursuite
derniere minute avant le poste frontalier Lao
1er pose cafe au Vietnam
Pose deluge
1er grande ville au Vietnam, Vinh
Et pédalera les pieds dans l'eau
Bonjour Golf de Tonkin
Bonjour Golf de Tonkin
Bah il n'y a pas de soleil
Et si on mangait du chien, sauce citron svp
1er porte sur la plage de Cua Lo
agréable pose en compagnie de mesdames
Hai Thanh, petit village de pecheur
Hai Thanh, petit village de pecheur
Hai Thanh, petit village de pecheur
Pic-nic au bord de la plage de Sam Son
Sam Son plage
Sam Son plage
Sam Son plage
Sam Son plage
Sam Son plage
Ninh Binh
Tam Coc
Tam Coc
Tam Coc, comment marcher sur l'eau
Tam Coc et oui c'est la dessous que nous sommes passes
Tam Coc
Tam Coc, il a quand meme fait des efforts
Tam Coc
Tam Coc
Tam Coc