Inscrivez vous et recevez régulièrement un email vous indiquant où nous sommes

E-mail:

Inscription Désinscription

octobre, 2011

Sur les routes du Vietnam

Nous avons franchi sans mal la frontière de Nam Phao cote Laos et Cau Treo cote Vietnam. Nos derniers jours au Laos ont été rapide, en effet il nous a fallu franchir la frontière assez rapidement en vue de la date de nos visas se terminant le 13 octobre. 4 jours pour parcourir 350 km en sachant que les derniers se trouvent dans la montagne. Arrivés sur Viang Khan nous décidons de prendre un bus pour traverser la petite chaine de montagne jusqu’à Lak Sao, nous laissant le temps de parcourir les derniers 40km a vélo pour franchir la frontière. Drole d’atmosphère ces derniers kilomètres. Nous croisons plusieurs petits postes de douane et une course poursuite entre 3 douaniers armés de mitraillettes et un jeune homme Laos ou Vientamien, (bizarrement nous ne sommes pas venu lui demander). Une course au ralenti dans les rizières commence, le terrain n’a pas l’air très propice a une rapidité de mouvement et une chute a l’arrière d’un douanier, un a droite, un a gauche et l’individu se fait encercler puis interpeler. Nous, tout penaud, continuons notre route. On sent l’influence du trafic a chaque village, on ne s’y arrêtera pas. Mike achète ses derniers beignets banane au poste frontière avant de se faire tamponner les visas de sortis. Arrivés de l’autre cote, grosse pluie, nous décidons donc de faire une pose café ce qui nous donne l’occasion de tâter pour la 1er fois le terrain Vietnamien. Nouveau langage, nouvelle monnaie.

Le poste se trouvant en hauteur de montagne nous dévalons la route dans de très jolie paysages. Ils se transforment rapidement en plaine. De plus grosses villes et beaucoup plus de monde sur les routes. Les 3 premiers jours sont très difficiles, les intempéries ont décidé de ne souhaiter la bienvenue, les route sont inondées, cabossées, boueuses, vent de face, nous sommes trempés jusqu’au os malgres nos vêtements de pluie et chaussures Gortex. La circulation est intense, nous retrouvons les klaxonnes, le bruit, la pollution. Un air de déjà vue. Cette fois ci le but pour avancer sera de rejoindre la mer.
Nous passons par Vinh. Petite ville de 350 000 habitants… Nous y restons une nuit puis partons rapidement rejoindre  Cua Lo qui se trouve seulement a 16km de la. C’est une petite ville balnéaire située le long de la mer. A la vue de la grande quantité d’hotel que nous y trouvons, la population en pleine saison doit quintupler. Par contre, en basse saison, nous avons l’impression de nous trouver dans une ville morte. L’hotel qui nous accueil est totalement vide. Nous serons leur seul client pour les 2 jours passe ici. Nous retrouvons le sourire a la vue de la mer. Notre objectif est atteint, mais pas sans mal. Les quelques km jusque la furent plus qu’humide mais cela en valait bien la peine. Les deux jours passés sur Cua Lo nous ont permis de nous reposer et aussi de nous entrainer au porté acrobatique sur la plage. Nous prenons beaucoup de plaisir a refaire des mouvements que nous n’avions pas pratiqué depuis la Mongolie. Bien sur, au bout de quelques minutes  a faire nos singeries, nous attirons la curiosité. Des jeunes vietnamiens viennent a notre rencontre et nous observent. Nous échangeons quelques mots avec eux mais devons nous remettre au travail. En effet, des notre arrivé sur Hanoi, nous devons jouer notre numéro dans des centres pour enfants handicapés. Vivement.

La proximité de la mer nous permet aussi de profiter de ses fruits. Poissons, calamars, crevettes agrémentent les traditionnels noodles ou riz. Succulent! Une chose nouvelle apparait aussi sur les menus. Du chien. Et oui, nous avions croisé sur la route quelques jours auparavant, des camions transportant des chiens dans des conditions plus qu’intolérable, ainsi que leurs cris qui retentissent dans les arrières cours et d’autres qui sont embroches. Et pour finir terminent dans les plats traditionnelles Vietnamiens. Ça nous a donne le bourdon mais nous le savions d’avance.
Après ces 2 jours, nous reprenons la route. Direction Haithan. Un village portuaire. La population s’active a récupérer, nettoyer et faire sécher la récolte des marins. Ambiance de pécheurs. L’accueil y est très étrange, voir même gênant. Nous nous faisons toucher, Mike se fait tirer les poils et des femmes touchent la poitrine de Celine. Nous ne nous y sentons pas très a l’aise, et ni par certain, les bienvenues. L’idée de base était d’y rester plusieurs jours mais bizarrement, nous repartons rapidement pour notre prochaine étapes, Sam Son. Ici, hotel, plage, restaurants, pécheurs et ambiance beaucoup plus zen et agréable. Nous échangeons très facilement avec la population malgré la barrière de la langue. Mike retouche un BMX, fait son show en plein milieu de la rue et Celine découvre la Vodka Hanoi (Mike aussi bien sur). Entraînement sur la plage, de portes acrobatique, petite anecdotes d’ailleurs, alors que nous nous installions, trois jeunes, d’age bête allons nous dire, commencent a nous titiller, nous crient des mots surement pas très catholique, puis nous, certes une petite sieste nous aurait bien plus, mais nous nous attelons aussi tôt a nos acrobatie. Il etait assez amusant après de les voir se rapprocher, nous imitant, puis la battle. Ils nous montrent leurs accros et nous les notres, au final, ils passeront toute l’après-midi avec nous.
Nous quittons un jour plus tard cette ville direction de Nimh Binh. La route fut très désagréable. Ici c’est chacun pour soi. En face des bus, a toute allures, dépassent d’autre véhicules se trouvant sur l’autre file, face a nous et ne bougerons pas d’un centimètre, même a notre vue. Nous devrons nous écarter afin de les éviter. Les klaxonnes hurlent, la poussière nous éblouit, les pots d’échappement nous étouffent, la bande d’arrêt d’urgence n’existe pas ou est utilisee pour faire sécher le riz. C’est vraiment horrible. On se déguise donc en gangsters de la route et nous nous armons de nos foulards, lunettes, casquettes et boules quies. Nous avançons très vite pour que la fin soit la plus rapide possible, enferme dans notre bulle. Pas le temps ni l’envie pour les photos ou pour laisser un regard sur les paysages. Seule la prochaine destination nous motive a avancer.
Nous arrivons enfin sur Nimh Binh, connu selon le Lonely planet pour sa tranquillité vis a vis d’Hanoi. Euh oui ou pas. Assez grande ville ou les scooters sont très (trop) nombreux. Beaucoup de bruit. Nous trouvons dans une rue un peu plus calme un petite hotel ou nous resterons deux nuits, de quoi nous laisser le temps de visiter dans les environs la baie d’Ha Long terrestre, Tam Coc. Un très belle endroit.
En arrivant sur la berge on découvre le lieu, très touristique. Les clients font la queue pour embarquer dans de petites barques, cela nous refroidi aussi sec. Nous décidons donc de prendre nos vélos pour la visiter par nous même. Le site ne sera pas accessible.  Arrive au bout d’un petit chemin, Celine se fait accueillir par une horde de chien, le propriétaire arrive aussitôt. Nous apercevons au bord de sa maison placer près de la rivière une petite barque et nous lui demandons s’il est possible qu’il nous fasse découvrir le site. Nous embarquons 2 min après avec son fils. Une magnifique  balade s’offre a nous, avec des passages entre roche et rivières. Attention aux têtes, a certains endroits nous devons même nous courber. Nous y rencontrons des pécheurs, des vendeurs ambulants sur leur barque et un éleveur de canard qui nous offre un très beau spectacle lorsque qu’une centaine de volatiles se ruent vers lui a son arrive. Nous rencontrerons aussi après cette balade beaucoup d’artisans et marchands parlant français.
Nous reprenons le lendemain la route pour Hanoi en mode gangsters. Il nous reste 90km. Départ 8h30 arrive 14h30… Exténues.

juste avant la course poursuite
derniere minute avant le poste frontalier Lao
1er pose cafe au Vietnam
Pose deluge
1er grande ville au Vietnam, Vinh
Et pédalera les pieds dans l'eau
Bonjour Golf de Tonkin
Bonjour Golf de Tonkin
Bah il n'y a pas de soleil
Et si on mangait du chien, sauce citron svp
1er porte sur la plage de Cua Lo
agréable pose en compagnie de mesdames
Hai Thanh, petit village de pecheur
Hai Thanh, petit village de pecheur
Hai Thanh, petit village de pecheur
Pic-nic au bord de la plage de Sam Son
Sam Son plage
Sam Son plage
Sam Son plage
Sam Son plage
Sam Son plage
Ninh Binh
Tam Coc
Tam Coc
Tam Coc, comment marcher sur l'eau
Tam Coc et oui c'est la dessous que nous sommes passes
Tam Coc
Tam Coc, il a quand meme fait des efforts
Tam Coc
Tam Coc
Tam Coc

De Luang Prapang a Vientiane

Depuis notre dernier poste d’il y a maintenant 20 jours environ, bien de belles choses nous sont arrivées.
Nous avons parcouru 400km de Luang Prabang a Vientiane, capital du Laos.
Commençons donc par le début. Nous sommes restés sur Luang Prabang 5 jours, une très jolie et tranquille ville mais touristique par son marché, ses bars, ses restaurants mais ou l’atmosphère Lao, avec leurs petites habitudes reste authentique.
Nous avons fait quelques visites de temples, grimpé en haut du mont Phusi ou un très joli panorama s’offre a nous au coucher du soleil. Nous flânons dans un bar détente en mode allongés au bord Nam Hong, balade dans la ville  ou se  mêle architecture coloniale, maison typique Lao, temple… Nous découvrons les Lao recuperant le bois flotté pour le sculpter. Cette ville reste  très agréable, nous espérons qu’avec le temps elle conservera son charme et authenticité comme d’ailleurs une grande partie du Laos.
Nous reprenons les vélos, prochaine grande étape Vang Vieng. Comme nous l’avions dit précédemment nous décidons de prendre notre temps, rouler au rythme des Moussons et profiter de la vie Lao. Ce qui nous donne une moyenne de 50 km par jour, parcouru generalement le matin, a la fraiche de 7h a 13h.

Nous franchissons beaucoup de colles,  ils ne dépassent les 1500 mètres d’altitude, mais les montées sont très hard, des pentes allant jusqu’à 10% de dénivelé, les cuisses chauffent et nous nous passons le relais de celui qui tiendra la carotte. Nous voulions, le 1er jour,  parcourir  86 km jusqu’a Kiewkacham qui nous donnerait la possibilité d’y trouver un logement pour la nuit et une vue imprenable sur les montagnes. Ça ne se passera pas comme prévu. Nous avons encore une fois été pris par la tombée de la nuit qui nous oblige a trouver un abris pour dormir. Nous trouvons, assez rapidement, une cabane en bambou pour y installer la moustiquaire et un point d’eau pour se laver et cuir nos pattes minute. Le lieu est splendide, avec en prime un tres romantique couche de soleil. Non loin, un village situé un peu plus haut, nous donne l’occasion de vivre un très joli instant. Au moment de prendre notre douche, la, plusieurs Lao du village arrivent en motos avec leurs serviettes, ce point d’eau était le lieux ou ils y prenaient  la leur, et la une file d’attente se forme, ambiance très joyeuse sous des chants et des rires, une 20ene de personnes défilera,nous partagerons ce moment très atypique (pour nous) avec eux, un pur bonheur.
Le lendemain nous nous réveillons la tête dans les nuages, un brouillard épais ne nous laissant pas voir a plus de 3 mètres devant nous, mais nous offrant une ambiance tel un film fantastique. Nous y parcourons ce matin la 25 km en pleine montée, pour nous arrêter sur Kiewkacham, ville perchée en haut de la montagne. Celine y achète son sarong pour facilité les douches en pleine aire telle une Lao. Nous passons chez un couturier pour terminer les coupes du tissu, qui fut encore un agréable moment. Après un petit déjeuner avec une vue imprenable sur les montagnes encore émergées de nuages, nous commençons notre journée cette foi-ci une belle descente. Nous traversons une magnifique vallée, a la foi rocheuse et toujours avec cette vegetation luxuriante. La route se fait néanmoins de plus en plus difficile par ces innombrables trous et eboullis. Nous nous arretons 51 km plus loin dans la ville de Phukhoun ou nous y ferons la connaissance de 3 français, Xavier, Marlène, John. Eux partant dans la direction de Luang Prabang, nous nous échangeons quelques bons plans et informations sur la route. nous nous donnerons rdv quelques jours plus tard sur Vientiane.
Nous traversons encore de magnifiques paysages mais qu’on apercevra seulement en fin de matinée, ayant encore au petit matin la tête dans les nuages accompagné de la pluie. Nous rejoignons, en début d’après-midi les plaines et y decouvrons par tout hazard, en empruntant un petit chemin de terre, une grotte et son bouddha au pied de pics rocheux. Nous nous arrêtons, un peu plus loin, sur Kasi et resterons 2 nuits apres avoir fait la connaissance d’un teacher anglais et ses élèves. Nous passons le 1er soir avec eux au cour d’anglais et prenons, le lendemain, rendez-vous avec quelques uns d’entre eux. Ils pratiqueront leur anglais pendant qu’ils nous entrainent dans un petit coin de paradis, au pied d’une rivières a l’eau clair, forment un bassin naturel alimenté par une petite cascade. Nous nous y baignons et nous profitons des massages naturel. Ce moment fut simple et plus qu’agreable. Sur le retour, au village, nous partageons une glace avec eux. Certains mots ont ete difficile a entendre. Ces gamins sont tout de meme tres courageux et batailleurs car du haut de leurs 13 ou 14 ans, ils arrivent a tenir une petite conversation en Anglais. Pour cela, ils vont tout les soirs apres leur ecole l’apprendre. Ils nous ont donné une bonne lecons de vie. Ils ont compris que l’anglais leur assuraient un futur meilleur dans ce pays en pleine evolution. Dommage que la jeunesse francaise ne profite pas de la chance qu’elle a d’avoir des cours d’anglais gratuit. Afin de les remercier, nous leur imprimons quelques une des photos prisent que nous confions a leur professeurs avant notre depart.

Depart au petit matin, nous reprenons la route, elle est plate, entourée de rizières. Nous partageons ce début de route avec une grande quantité de gamins allant a l’école. Des « hello » et « saibaydi » fusent de tout les cotes.

Environs 2km avant d’arriver sur Vangvieng, nous sentons un petit changement dans l’air. Beaucoup moins de salutation et de regard. Nous sentons que le tourisme a profusion rode. En effet, des notre entrée sur Vangvieng, changement de decor. Une large quantité de guest house, de bars, de restaurants inondent la ville. Des tuktuk remplis d’occidentaux en bermudas ou bikini ce dirigeant vers une des activités phare de la ville, le Tubing. En deux mots, une descente de la riviere, le cul dans une grosse chambre a air dans des paysages magnifiques. Le gros probleme sont les bars installes tout les 500m le long du parcours crachant de la techno ou les tubers s’abreuvent largement et arrivent dans la ville, au bout de 5km, totalement soul. Apres leur periples, ils se retrouvent dans les bars du centre ville qui diffusent friends et des dessins animes americains en mangeant et fumant ce qu’ils trouveront sur les menus. Nous nous écartons un peu du centre ville pour nous retrouver dans une guest house plus calme. Notre souhait était de tâter un peu de roche sur les spots d’escalade situés très proche de la ville. A notre grand regret, le site de notre niveau est inaccessible en saison des pluies. Nous renonçons. Nous profitons d’être sur place pour partir faire une petite balade a vélo (non charge, ouf ;) ) au bord d’un lagon, le Blue Lagon. Pour notre plus grand bonheur, l’endroit est désert. Nous y passons un agréable moment. De retour a la guest, nous sommes bon pour une douche et un lavage de vélo, vue le chemin boueu que nous avons du emprunter en pleine nuit avec la frontale.

Apres ces deux jours, nous reprenons la route, direction le lac Nam Ngum, nous arrivons ici dans un village de pecheur, ambiance tres speciale, etalage de poissons frais, sechés et  tres fetardent mais cette fois-ci a la mode Lao. Nous nous faisons interpeler devant un petit bar, invitation a passer ce moment avec eux, musique a fond, biere coulant a flot. Excellent moment de rigolade, chant et danse. Et op reparti de bonheur pour un village eco cette fois-ci. C’est un scientifique  français qui le tient, Richard, un homme très atypique a la longue barbe et parlant passionnément de ses insectes et son projet. Le lieux nous donne accès a des canoës, nous les empruntons pour une jolie balade sur le lac. Le soir, ambiance jazzi, roc et grillons en pleine puissance, effet acouphène et chasse aux papillons de nuit.

Nous quittons cette ambiance jungle pour reprendre notre route pour Vientiane. 90km tout plat. Sur la route, nous croisons un couple de cycliste belge qui font exactement la meme route que nous mais qui ont 3 jours d’avance. Nous partageons un pepsi et repartons chacun dans notre sens. Il ce peut que nous les recroisions au Vietnam.

A notre arrivé sur Vientiane, on penetre dans une vrais ville avec ses avenues, ses monuments, ses habitations en dure et ses voitures. Cette capitale reste malgre tout a taille humaine. Aucun gratte ciel, 1 centre commercial et restaurants éclectiques, tout cela au bord du Mekong  ou nous apercevons la thailande situe sur l’autre rive. Premiere ville au Laos ou nous croisons des feux de signalisation. Nous les respectons car les policiers Lao postes a chaque feu ne laissent rien passer. Nous retrouvons John, Marlene et Xavier et nous passons de tres bonnes soirées en leurs compagnies dans une ville anormalement animée. En effet, nous debarquons ici au moment de la fete des bateaux. Cela fait 3 jours et nous n’avons pas encore vue une seule course. Les hostilités ici commencent plusieurs jours avant. On ne sais pas si nous aurons l’occasion d’en voir une avant notre depart.
Nous profitons d’etre dans la capital pour faire nos visas Vietnamien, acheter des cartes routieres  ainsi que le guide du Vietnam. Nous profitons aussi de produits plus occidentaux mais sans excès ;) (Nutella, biere belge, steack, fromage, vin, baguette). Les premiers symptome du manque culinaire francais.

Demain, nous reprenons la route pour le Vietnam. Dans 5 jours, nous devons etre sorti du Laos, mais c’est pour mieux y revenir.

Peche du bois flote sur Luang Prabang
Luang Prabang
Luang Prabang
Luang Prabang
Luang Prabang
Luang Prabang
Kiew Kacham
Couturier de Kiew Kacham
Kiew Kacham
Salle de classe de Kasi
English teacher de Kasi
Journee a la riviere sur Kasi avec les enfants
Journee a la riviere sur Kasi avec les enfants
Blue Lagon
Retour du Blue Lagon
Journee biere dans le village de pecheur
Lac Nam Ngum
Eco village
Lac du Nam Lik eco village
Lac du Nam Lik eco village
marche Vientiane
marche Vientiane