Inscrivez vous et recevez régulièrement un email vous indiquant où nous sommes

E-mail:

Inscription Désinscription

décembre, 2012

Shakti Nepal circus show

Nous voilà en route pour un autre objectif de notre voyage qui nous tenait a cœur, apprendre aux enfants du foyer de Shakti Nepal un peu d’art du cirque qui a pour but la création d’un numéro qu’ils pourront vendre dans des restaurants touristique et gagner un peu d’argent pour s’offrir un peu de plaisir.
Après une dernière représentation de notre numéro dans un petit orphelinat du Chitwan, qui n’a pas été des plus facile vu le tout petit nombre d’enfant, nous embarquons dans un bus rejoindre Katmandu plus exactement notre fief Boddha (Boddnath). Nous prenons place dans une Guest House cette fois ci pour plus d’indépendance. En effet nous dormions jusqu’ici chez Changgbah avec petit dej et repas du soir que nous partagions avec. Rien a en dire nous étions bien nourris, reçu mais a 32 ans, on aime son intimité et sa petite vie, libre de nos envies. On trouve donc une guest house tenu par des Tibétains avec une vue imprenable sur la stupa. Un bon spot sur les toits pour nous y entrainer et se réchauffer au soleil. Nous y deposons nos valises le 13 novembre et devons commencer avec les enfants le 15 mais mauvaise nouvelle c’est encore repoussée, ça ne sera pas avant le 18. nous sommes légèrement agacé pas l’organisation, ou pas népalaise et par ces festivals sans fin qui font reculer notre intervention auprès des enfants. Il est vrai que nous aurions beaucoup aimé être prévenu de ces changements de plan surtout quand nous nous sommes vu devoir refuser une intervention dans l’orphelinat de Pokara faute de temps. Mais bon, on commence a si faire a l’organisation ou pas Népalaise. Et oui si c’est pour demain c’est faisable mais prévoir pour la semaine d’après c’est dur de voir si loin. Nous prenons tout de même l’initiative de découvrir les lieux de l’école et du foyer. On y fait la connaissance de Mankumari, la Maman qui s’occupe des enfants et de Razbai l’un des professeur/proviseur adjoint ayant son habitation sur place. Nous organisons avec lui la représentation de notre numéro du Lundi et notre 1er rencontre avec les enfants du Dimanche. Kabita, Debkumar, Tsering, Goma, Asmita, Joel, Lakpa, Bipana, Neema, Ashish, Santosh, Sukaman, Parosh, Sony, Pratima, Brumenda, Anjana, Buddha, Daniel, Subash, Komary, on espère oublier personne mais ça m’étonnerait bien. On pourrait vous énumérer chaque traits de caractères bien trempés, personnalités bien différentes, chaque attachements, chaque petites manières mais ça serait bien trop long a détailler.
Notre représentation du Lundi a été géante, un vrai succès, nous jouons devant toute l’école y compris nos petits artistes, ils seront au total 150.
Nous commençons nos ateliers, au programme : jongle, acrobatie, clown. Aie, aie, aie mais c’est qu’ils sont bien hyper actif. Il va nous falloir trouver des astuces pour les canaliser, les intéresser et les décoller de la télé le samedi lorsque ce n’est pas la coupure de courant qui s’en charge. C’est qu’il progressent vite ces petits loulous, mais attention a l’atterrissage de certaines acros, de vrais cascadeurs et pas beaucoup d’écoute en ce qui concerne les instructions sur la sécurité. Ils veulent tout faire, tout tester et en même temps, vous imaginez le tableaux !
Jongle a trois balles en poche, quelques acros acquises, nous pouvons nous atteler a l’écriture et aux répétitions de leur numéro. Entre temps Béa, une bénévole nous rejoint, une aide précieuse, oui en effet 20 diablotins pour nos deux petits être sensible, sans défense c’était dur a gérer, pas facile tout les jours. Béa est ici pour 6 mois ce que nous envions et qui nous soulage pour la pérennité de ce projet.
C’est fou ce que le temps passe vite et tout l’attachement qui c’est créer en si peu de temps. On se prend d’amour pour eux. On sait, il ne faut pas parler déjà de la fin mais on sait d’avance que la séparation sera dur. C’est fou ce qu’on les aime ces diablotins

Entre temps lors d’une balade nous faisons la connaissance d’Astrid, une Allemande fondatrice d’une association d’aide au école népalaise. Elle nous programmera une date dans une grande écoles sur Bhaktapur. Nous jouerons sur les toits devant 400 enfants, un truc de ouf. Le vent est présent et fait voltiger notre matelas ce qui nous laisse place a l’improvisation d’un tour de magie qui le fait léviter. Astrid a cru que nous avions ficeler le matelas. Le lecteur de cd fait des siennes, s’arrête et nous oblige l’activation de nos voix, bonne expérience de découvrir nos voix de clowns alors qu’ils étaient muet jusqu’ici. Céline et son accent du nord in English c’est a entendre !! Bref pas mal d’aléas mais les rires sont au rendez-vous.
Il nous reste une semaine maintenant pour finir la construction du spectacle avec les enfants. Et oui un ultimatum est lancé, Samedi prochain une représentation, leur 1er représentation est prévue dans un centre pour enfants handicapés. Le stress monte, le temps s’écoule et on ne veut pas partir, oh non pas déjà !!!